27.05.2017 > 22.07.2017

Chaos - monde !


Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition

Exposition collective
Ishola Akpo, Tété Azankpo & Julien Vignikin
Restitution de résidence

« J’appelle chaos - monde le choc, l’intrication, les répulsions, les attirances, les connivences, les oppositions, les conflits entre les cultures des peuples dans la totalité - monde contemporaine. »
_ Édouard Glissant


Chaos-monde ! est une référence à Édouard Glissant – poète, essayiste et philosophe antillais – dont la pensée invite à repenser la complexité de ce monde, et bouleverse les acceptions des notions d’identité, d’altérité, de territoire et d’histoire. 

Pratiquant des « réanimations symboliques » par la mise en relation d’objets usagers, inanimés, l’œuvre de Tété Azankpo aborde l’actualité et les rapports de forces qui rythment nos sociétés. En s’appropriant l’identité visuelle des médias internationaux, Tété Azankpo, interroge à travers ses œuvres – Les médias et Missil Air Trump –, le rôle des médias en tant que vecteur d’identification, tant dans la construction individuelle que collective. L’artiste affirme le besoin incessant de décrypter les informations diffusées afin, notamment,

Oscillant entre abstraction et figuration, Julien Vignikin élabore un ensemble d’œuvres à partir de photographies d’écrans de télévision allumés, brouillés. Les formes se décomposent, les couleurs s’entremêlent conférant une dimension déstructurée à ces images. À partir de son histoire personnelle, l’artiste s’engage dans une réflexion plus vaste sur la relation entre deux espaces géographiques. Julien Vignikin présente également – Same Old Shit, Do the right thing –, installation évoquant le besoin d’agir et la nécessité de l’acceptation réciproque.

Ishola Akpo, dans une dimension plus personnelle, propose une recherche artistique autour de sa culture Yoruba à travers une série d’œuvres intitulée Daibi. L’artiste explore sa propre identité et s’intéresse à la divinité Ogun, divinité du fer très présente chez les chasseurs nagôs. Ishola Akpo expose également Résistance, cette installation fait écho au vivre-ensemble, à la nécessité de lutter individuellement et collectivement face à la peur omniprésente dans nos sociétés contemporaines. 

____________________________________________________________

Plus d'informations : 
http://www.isholaakpo.com/